VVV / trois odyssées transfrontières – The book

A book by
Patrick Beaulieu and Daniel Canty
with
Patrick Garvey, Alexis Pernet, Stéphane Poirier, Jack Ryan,
Gilles A. Tiberghien, Dauphin Vincent and Feed.

Les éditions du passage, Montreal, Canada, 2015, 224 pages (in french)
ISBN 9782924397084
PRICE 39.95$

The book is available in bookstores in Quebec.

Order online:
ARCHAMBAULT
RENAUD-BRAY LIBRAIRIE
LIVRES QUÉBÉCOIS
LIBRAIRIE PANTOUTE

Available in France at Librairie du Québec, in Paris (Librairie VOLUME) and New-York (ALBERTINE bookstore).

VVV témoigne des trois odyssées transfrontières réalisées par l’artiste visuel Patrick Beaulieu avec Daniel Canty (Vecteur monarque, Ventury, Vegas), Alexis Pernet et Dauphin Vincent (Ventury) entre 2007 et 2013.

D’abord, les agents transfrontières ont pisté la migration annuelle des papillons monarques à bord de la Monarca Mobile, brinquebalant camion postal transfiguré pour l’occasion.

Ensuite, ils sont devenus chercheurs de vent, s’abandonnant aux courants aériens dans la Blue Rider, pick-up bleu ciel équipé d’une manche à air et d’une girouette.

Enfin, ils se sont improvisés aventuriers du hasard, pour tracer de Las Vegas (NV) à Luck (WI) avec la Magic Dart, bolide d’une blancheur désertique, en suivant les augures de la roue de fortune fixée à son capot.

Papillon, vent, hasard : guides animaux, élémentaires, spirituels. Par trois fois, les compagnons d’aventure se sont abandonnés à des forces qui les dépassent. Ils ont croisé des paysages, des pensées et des êtres, ont fait ensemble, œuvre de science naïve, pour composer cet atlas d’une Amérique où on ne parvient qu’en prêtant foi à ce qui arrive au bon endroit, au bon moment.

Textes et images de Patrick Beaulieu et Daniel Canty avec Patrick Garvey, Alexis Pernet, Stéphane Poirier, Jack Ryan, Gilles A. Tiberghien, Dauphin Vincent et Feed.

Une mise en livre de Daniel Canty et Feed, en collaboration avec Patrick Beaulieu.

EXTRAITS DU LIVRE

« […] Ce qui me plaît par-dessus tout dans la mission de Patrick et Daniel, cest son évanescence apparente, cette poétique de la légèretéet de louverture àlautre, qui est véritable célébration des pouvoirs de linconnu. Leur odyssée participait dune quête panaméricaine du miracle. Patrick et Daniel incarnaient, dans les mots de Max Ernst, «lintersection de deux réalités distantes sur un plan étranger àchacune ». Ils parvenaient àcréer une synthèse parfaite de la présence et du mouvement, un collage cubiste du temps et de lespace. Lalchimie de leurs idées, le bouillonnement des possibles, étaient distillés en une essence unique. Le véhicule du Vecteur monarque et ses pilotes, dans leur frivolité, leur sens grandiose du sublime, conjuguaient le risque avec la lenteur, la rêverie avec le réel. Je regrette encore de ne pas m’être embarquéavec eux, passager clandestin àbord la Monarca Mobile alors quelle quittait Nashville, destination le Sud, direction lavenir. »
– Jack Ryan, 
Les visiteurs du miracle.

[…]

 «Sur cette piste oùse précèdent et se suivent les animaux et les hommes, on fait des rencontres, on échange, on parle et on raconte des histoires, on en écoute aussi beaucoup. Patrick et Daniel notent ce quils observent, lient leurs pensées aux espaces quelles traversent. Chacun contribue avec ses mots, ses dessins, ses images, ses vidéos, ses dispositifs sculpturaux, àfaire de cette piste un vaste aiguillage, mental et spatial, oùse permutent les roses des vents, les méridiens et les trajectoires intérieures des observateurs du ciel. »
 – Gilles A. Tiberghien, Ces ciels du nord dont le monarque est un papillon.

[…]

 « Je vous lavouerai, tout au long des odyssées, nous ne savions pas très bien ce que nous faisions, mais nous avions lintuition je me permettrai même dinvoquer le courage de nos élans. Et il me semble que ce quil est important de retenir àlissue de toutes ces aventures, et en conclusion de ce livre ailé, cest la réalitédes bifurcations.

Quand jy repense, il est une image du Vecteur monarque qui me revient constamment. La nuit tombe. Il est trop tard pour manger. Nous cherchons notre repos. La Monarca Mobile sengage sur une bretelle dautoroute mal éclairée, épouse tant bien que mal larc dune courbe ascendante. Le monde disparaît dans lobscuritéqui nous entoure. Nous flottons seuls dans la lumière de nos phares. Je pense “En ce moment nous sommes au plus près de nulle part. Égarés de nuit dans un corridor suspendu, il ny a pas de sortie et la vitesse ne mène àrien. »
– Daniel Canty, 
1 dernier tour.

ÉCHOS SUR LE LIVRE

« Très beau livre àcouverture cartonnée, abondamment illustré, VVV nous transporte au coeur dun rêve formidable, soumis exclusivement aux aléas poétiques. […] Livre somptueux et composite offrant une réelle correspondance entre l’écrit et le visuel photographique, il inscrit le texte dans le récit de voyage, la prose poétique, lessai et le témoignage. Toujours au plus près dune poétique du réel, irradiée par l’émotion mobile du déplacement. »
Atlas géopoétique  (PDF)
– Hugues Corriveau, LE DEVOIR, samedi 5 décembre 2015.

« V V V – Courons vite nous mettre à l’abri du vent, derrière les boucles du langage, les circonvolutions de la pensée et les accidents du terrain. 
Tournons les pages : la poésie nous attend à chaque tournant… et l’inconnu parfois hante ces nuages qui nous suivent ou nous précèdent… »
Patrick Beaulieu, Daniel Canty. VVV. Trois Odyssées Transfrontières (LIEN EXTERNE)
– Florence de Mèredieu, journal ethnographique, samedi 21 mai 2016.

« Magnifique publication. [] Un des plus beaux livres de lannée, toutes catégories confondues ! [] Cest quelque chose quil faut souligner, tant pour le travail des artistes [] que de la maison d’édition. [] Un ouvrage réaliséde main de maître. [] On est dans un livre qui forme un tout. [] Cest une très belle oeuvre en soi. »
Éric Legendre, Montréal sexpose, CIBL.

« Un livre vraiment surprenant. […] Un livre très très vivant. […] Un beau livre totalement poétique, plein de textes, de photos, de dessins, basésur trois voyages fondés sur une expérience de la poésie, de l’espace, de la géographie. »
– France Culture, Le temps des libraires.

« […] Dans le cas des oeuvres éphémères ou performatives, on voit souvent des archives qui servent de témoignage pour l’oeuvre après sa réalisation. Le livre VVV : Trois odyssées transfrontalières de Patrick Beaulieu et Daniel Canty est un livre qui témoigne d’oeuvres performatives. Dans ces oeuvres, le chemin parcouru et la quête personnelle sont évoqués par des traces du voyage par le biais, entre autres, des archives. Guidés par des forces extérieures à leur contrôle, les monarques, le vent et le hasard, VVV témoigne du chemin et des expériences du processus de création. Le livre, une oeuvre en soi, nous montre également des aspects intangibles des aventures qui ont été vécues en amont […] »
La collection en mouvement : le cycle de vie de la documentation artistique (PDF)
– Hélène Brousseau et Jessica Hébert, Bibliothécaires, ARTEXTE. MOQDOC Vol 26 No. 1, bulletin la section Montréal, Ottawa et Québec de l’Association des bibliothèques d’art en Amérique du Nord, 2016.

« […] Daniel Canty et Patrick Beaulieu nous offrent un livre d’une grande beauté qui épouse un projet fou comme il en faut. […] Réel projet artistique et multidisciplinaire, VVV se lit comme un journal de bord de cette belle folie qui nous emmène aux quatre coins de l’Amérique avec un duo pour qui l’art a encore un sens. Rafraîchissant. »
Jérémie Laniel, Librairie Carcajou, Revue Collections, Vol. 3, novembre, 2016.

 « [] Plutôt que den demeurer àune inversion de formule et de proclamer des « États désunis dAmérique », comme on lentend souvent, Beaulieu, Canty et leurs alliés choisissent plutôt de mettre àl’épreuve lunion, en sunissant multimédiatiquement pour des traversées qui leur feront réaffirmer avec autant dhumour que de sérieux leur être en situation, condamnéàchoisir et dautant plus heureux quil le fera en bon nietzschéen, cest-à-dire en épousant l’éternel retour du curseur et des enchaînements, cest-à-dire encore le destin même du destin. Être dessai, de tentative, de lancement, le sujet-grenade américain tel quentrevu par les auteurs se condamne joyeusement àredécouvrir ce qui est, dans une nouvelle forme de « regards et jeux dans lespace »quaurait difficilement pu prévoir Saint-Denys Garneau. »
Vers un Osiris décomplexé. Les odyssées morcelées de Daniel Canty et Patrick Beaulieu
– Thierry Bissonnette (à paraître).

« Beaulieu et Canty lâchent prise, sabandonnent et remettent les rênes de leur destin aux papillons monarques, aux vents inattaquables des États-Unis puis, finalement, au plus pur des hasards. Je suis impatient de plonger dans ce livre tout en textes et en photographies oùils dressent, avec plusieurs collaborateurs, le portrait de leurs folles aventures. »
10 livres à lire cet automne – La rentrée des libraires
Alex Bergeron, VOIR, 31 août 2015.